smanteau

Cours de SVT

AP- Méthodologie

Domaine 2 – Méthodes et outils pour apprendre

Sommaire :

AP – Accompagment Personnalisée en 5e

AP – Accompagnement Personnalisé en 4e

 Les Acquis du cycle 3 (CM – 6e)

 

 

AP5 – Accompagnement Personnalisée en 5e

AP5.1– Formuler un titre

Donner un titre est un travail délicat. C’est la première chose qu’on lit, c’est un petit texte, c’est le premier contact entre l’auteur du document et le lecteur.

Il faut réfléchir à sa formulation à la fin de tout le travail ; et surtout ne pas l’oublier !

Critères d’un bon titre :

1- il précise la nature du document (ex : schéma, graphique, tableau, photographie…)

2-il reprend les mots de la consignes en contenant les mots clefs et correspond au contenu du document

3-il doit être bref et clair, (éviter les répétitions de la préposition de)

4- il doit être mis en valeur, souligner en dessous du document.

Exercices :

1.Associer le document avec le titre correspondant.

Titre A : Tableau définissant les caractéristiques physiques d’un milieu

Titre B : Photographie du test de mise en évidence des sucres rapides à la liqueur de Fehling.

Titre C : Photographie de la peau d’oignon colorée au bleu de méthylène, vue au microscope (Gx100).

Titre D : Schéma d’une classification en groupes emboîtés.

Titre E : Dessin d’observation d’une graine de haricot coupée en deux (œil nu, taille réelle).

Document A:

graine_haricot Document B :

Oignon-10xDocument C :

Nom Définition Unité
La Température Grandeur qui mesure l’état, la sensation de chaleur en °C (degré Celsius)
La Luminosité grandeur qui mesure l’intensité de la lumière en Lux
L’Humidité grandeur qui mesure la quantité de vapeur d’eau dans l’air en % (pour cent)

Document D

IMG_4631

Document E :

classif-emboitee-ex

2.Corriger les titres de ces documents :

Document 1:Titre corrigé : …..

Document 2 :

courbegarconTitre corrigé : …..

Document 3 :

cellule animale

Titre corrigé : ……..

3.Donner un titre à ces documents :

dessin_2Titre proposé : ……

fra_dk_simplifieTitre proposé : ……

chartoftheday_5254_pokemon_go_la_plus_addictive_des_applis_nTitre proposé : …..

Retour au sommaire.

 

AP5.2 – Démarche expérimentale ou d’investigation

Télécharger au format pdf : DEMARCHE EXPERIMENTALE

 Demarche-experimentale1Demarche-experimentale2

Exercice – La démarche d’expérimentale (ou d’investigation)

Les étapes de la démarche d’investigation sont disposées dans le désordre.

Replacer les étapes dans l’ordre.

exercice

exercice-grille

Retour au sommaire.

AP5.3 – Construire et analyser un graphique

Un graphique permet d’étudier une grandeur qui varie en fonction d’une autre. C’est une courbe, un tracé montrant des variations. (Ex : On mesure la quantité de dioxygène dans une boite contenant une souris.)

Etape 1 : Construction du graphique

1.Tracer deux axes perpendiculaires avec une flèche à chaque bout :

un axe vertical (à gauche) = ordonnée (on y place la Grandeur mesurée)

et un horizontal (en bas) = abscisse

2.Mettre les légendes au bout des axes, avec les unités

Remarque : pour savoir dans quel sens mettre les légende lire la consigne c’est dans le même sens. Ex : Construire le graphique du nombre d’élève (1) en fonction des années (2) ; alors mettre la légende 1 en haut à gauche et la 2 en bas à droite.

3.Choisir une échelle pour chaque axes (Ex : 1 carreau = 100 élèves et 1 carreau = 10 ans)

4.Graduer les axes.

Je choisis la graduation en tenant compte des maximales (chiffre le plus grand dans le tableau) et je conserve l’intervalle.

5.A l’aide des données du tableau, mettre les points en forme de plus (+) car c’est l’intersection de 2 lignes perpendiculaires aux axes.

5.Tracer la courbe à la main ou à la règle. Attention : en commençant au 1er point et en terminant au dernier point. La courbe ne commence pas toujours à zéro ; mais au 1er chiffre inscrit dans le tableau

6.Mettre un titre souligné en haut ou en bas (Graphique de…)

Remarque : il est écrit dans la consigne.

Exemple :

graphique-5e

ETAPE 2 : ANALYSE DU GRAPHIQUE

Il s’agit de décrire la variation de la grandeur étudiée :
J’observe que <écrire la légende de l’axe vertical> augmente / diminue / stagne ou reste constante en fonction de <écrire la légende de l’axe horizontal>.

Ex : J’observe que la matière récoltée augmente en fonction de l’intensité lumineuse.

ATTENTION !
On ne dit pas : «la courbe monte/descend», « la courbe augmente/diminue», «la courbe stagne/évolue/varie».

Retour au sommaire.

 

 

AP5.4 – Réaliser une carte mentale

Objectif : moyen de communication pour : s’organiser, mémoriser, présenter et échanger des idées.

Une carte mentale offre une vue d’ensemble sur une idée principale pour faciliter la mémorisation de notions clefs.
Construction de la carte mentale :

  1. Prendre une feuille blanche format A4 et la tenir en mode ‘Paysage’ .
  2. Inscrire l’idée principale au centre et l’entourer.
  3. Dessiner des courbes appelées branches / ou noeuds, chacune avec sa propre couleur, ayant pour point de départ l’idée principale.
  4. Inscrire sur chacune de ces branches les propos en lien avec l’idée principale.
  5. Ramifier les branches / noeuds (=ajouter de nouvelles branches au bout des branches).
  6. Les courbes des branches seront plus épaisse vers le centre puis de plus en plus fine. On peut aussi numéroter les branches / nœuds. Attention les cartes mentales se lisent dans le sens horaire (= sens des aiguilles d’une montre).
  7. Utiliser un ou deux mots par branche / nœuds.
  8.   Ne pas hésiter à ajouter des illustrations.

Voici ci-contre un exemple de carte mentale élaborée à partir d’une recette de cuisine :
ex-carte_mentale-recette_cuisine
Les critères de réussite :

FORME

-J’ai mis l’idée principale au centre et je l’ai entourée.

-J’ai mis des branches autour, avec une couleur pour chaque branche.

-J’ai mis un ou deux mots par branche.

-Mes branches sont plus épaisse au centre et de plus en plus fine vers la périphérie.

-J’ai mis des illustrations.

+ + / – –

+ + / – –

+ + / – –

+ + / – –

+ + / – –

FOND

-J’ai écris des mots en lien avec l’idée principale.

+ + / – –

Retour au sommaire.

 

AP5.5– Faire une comparaison

Comparer c’est confronter, mettre en parallèle, étudier les rapports entre des choses ou des personnes afin d’en dégager les ressemblances et les différences.

Dans plusieurs situations, je suis amener à faire une phrase pour comparer :

– des résultats de deux montages dans une expérience,

– des valeurs tirées d’un tableau ou d’un graphique par exemple,

– des observations, etc.

Pour bien comparer deux éléments, je dois :

– ne faire qu’une seule phrase.

– utiliser : Plus…que / Moins…que / Autant…que / Alors…que

ou (supérieur…à) /(inférieur…à)/ (égal…à)

– être le plus précis possible sur les éléments comparés.

Quelques exemples :

1. Comparer en faisant une phrase la taille de la prof et votre taille.

Les élèves sont plus petits que Mme Manteau.

Ou Mme Manteau est plus grande que moi.

Ou La taille des élèves est inférieure à celle de Mme Manteau.

2.Comparer en faisant une phrase les résultats de l’expérience de germination de graines avec ou sans eau.

Les graines germent avec eau alors qu’elles ne germent pas sans eau.

3.Comparer en faisant une phrase le nombre de pattes d’un chat et d’un chien.

Le chien possède autant de pattes que le chat (4).

Pour s’entraîner :

1.Pour chaque phrase de comparaison qui suit, indique si c’est nécessaire ce qui n’est pas correct et essaie de la corriger.

Les graines germent à 20°C. Les graines ne germent pas à 0°C.

Ce qui est incorrect :

Correction :

La température du corps de l’Homme est de 37°C et celle d’un chat est de 38.5°C.

Ce qui est incorrect :

Correction :

La tour Eiffel est plus grande. L’arc de triomphe est plus petit.

Ce qui est incorrect :

Correction :

La taille de la girafe est plus grande que les centimètres de la vache qui est plus petite.

Ce qui est incorrect :

Correction :

Retour au sommaire.

 

 

AP5.6– Construire un tableau

Un tableau regroupe des informations de même nature (date, taille, résultats d’expérience, données …) dans des cases. Il donne ses informations présentées sous forme de LIGNES et de COLONNES séparées par des traits tracés à la règle.

Pour construire un tableau, je dois :
1.Chercher le nombre d’informations à placer dans les colonnes (traits verticaux). Et ajouter une colonne supplémentaire pour les légendes. Il faut bien espacer les traits pour faire des colonnes de même largeur et sur toute la largeur de la page.
Nombre de traits verticaux= nombre de colonne +1

2.Chercher le nombre d’informations à placer dans les lignes (traits horizontaux). Et ajouter une ligne supplémentaire pour les légende. Attention il faut prévoir assez de place pour écrire dedans.
Nombre de traits horizontaux= nombre de ligne+1

3.Sur la 1ère ligne doivent figurer les légendes des colonnes, avec les unités entre parenthèses.
4.Sur la 1ère colonne doivent figurer les légendes des lignes, avec les unités entre parenthèses.

5.Les données chiffrées sont mises dans les cases situées à l’intersection de la ligne et de la colonne qui leur correspond.

6.Ajouter un titre souligné en haut ou en bas du tableau (Tableau montrant…)

Exemple :
Rudy a 13ans et mesure 1 m 36. Son ami Kevin mesure 1m 25 et a 12 ans.

Elève Taille (m) Age (ans)
Rudy 1,36 13
Kevin 1,25 12

 Tableau montrant la taille et l’âge des garçons.

Exercice :
Dans le sang entrant dans un muscle au repos il y a 90 mg de Glucose et 20 ml de dioxygène.
Dans le sang sortant du muscle au repos, il y a 80 mg de glucose et 15 ml de dioxygène.
Durant l’effort, le sang entrant dans le muscle apporte les mêmes quantités de glucose et de dioxygène ; et le sang sortant contient 50 mg de glucose et 11 ml de dioxygène.

1.Surligner toutes les données sur le sang entrant d’une couleur, celles sur le sang sortant au repos d’une autre couleur et celles sur le sang sortant à l’effort d’une 3e couleur. Combien de colonne devez-vous faire ? ………. Combien de traits verticaux devez-vous tracer ? ……

2.Entourer toutes les données sur le glucose d’une couleur et toutes celles sur l’O2 d’une autre couleur. Combien de ligne devez-vous faire ? ………. Combien de traits horizontaux devez-vous tracer ? ……

Retour au sommaire.

 

AP5.7 -Faire un débat

Objectif : moyen de communication pour convaincre, argumenter sur une idée.

Un débat est un moyen d’exprimer son point de vue. C’est une discussion sur un thème précis où chacun doit maîtriser sa prise parole, laisser la place à celle de l’autre, comprendre son point de vue même quand on ne le partage pas et chercher à convaincre en argumentant. Il s’agit donc d’un échange dont chacun peut tirer profit, pas d’un affrontement avec un gagnant et un perdant !

Avant de débattre je dois…
1. Bien identifier le sujet du débat pour ne pas partir dans tous les sens.
2. Choisir le point de vue ou l’idée que je vais défendre.
3. Trouver grâce à mes connaissances (ou internet), des documents, des arguments et des exemples pour défendre mes idées.

Préparation du débat
Dans chaque débat il y a :

  • Un président qui anime le débat, donne la parole, veille à ce que tout le monde puisse donner son avis et soit écouté, signale que quelque chose a déjà été dite, fait avancer le débat.
  • Un synthétiseur qui régulièrement fait un point rapide sur ce qui a été dit.
  • Un secrétaire qui prend des notes pour garder une trace du débat
  • Les débatteurs qui prennent successivement la parole.

Déroulement du débat
Le président annonce le thème du débat.
Il précise qui défendra quel point de vue. Il donne la parole aux débatteurs à tour de rôle.

Tous les débatteurs doivent :

  • être attentifs (j’écoute, je ne discute pas dans mon coin)
  • demander la parole en silence au président
  • attendre que le président donne la parole
  • avoir préparé des phrases claires
  • parler assez fort
  • ne pas répéter la même chose que les autres (le président doit y faire attention)
  • ne pas seulement donner son opinion (je suis d’accord/je ne suis pas d’accord ne suffit pas !)
  • justifier ce qu’ils disent et donner des exemples
  • demander des précisions si quelque chose n’est pas clair
Le synthétiseur résume régulièrement ce qui a été dit pour éviter des répétitions. Il empêche le débat de « tourner en rond ».

Le secrétaire prend des notes au fur et à mesure et fera le bilan du débat à la fin.

Critères de réussite

INSUFFISANT FRAGILE SATISFAISANT TRÈS BIEN
J’ai joué correctement mon rôle pendant le débat
(président, synthétiseur, secrétaire, débatteur)
J’ai été attentif
J’ai écouté et respecté ce que disaient les autres
J’ai donné des arguments et des exemples
 (pour les débatteurs)
J’ai retenu l’essentiel et j’en ai fait un résumé
 (pour le synthétiseur et le secrétaire)

Retour au sommaire.

AP – Accompagnement Personnalisé en 4e

AP4.1– Savoir apprendre une leçon

Avant chaque cours :

Je relis plusieurs fois tout ce que j’ai écris. Je m’entraîne en refaisant les exercices.

J’apprends par cœur le bilan et le vocabulaire (définition des mots en rouge), je serais peut être interrogé dessus la fois prochaine.

Si je ne comprend pas/plus quelque chose, je me sers d’un dictionnaire ou je pose une question au professeur ou en bas de la page grâce à l’espace commentaire.

Quelques conseils pour apprendre :

Recopier les choses que vous voulez apprendre
Répéter plusieurs fois à voix haute ce que que vous souhaitez retenir
– Faire une synthèse en ne retenant que les idées des gros titres ou les idées principales, en faisant des schéma ou des cartes mentales (cartes heuristiques ou mind maps voir une prochaine séance)
L’apprendre immédiatement après le cours, puis le lendemain, puis le relire une semaine plus tard et enfin un mois plus tard.
Échanger avec d’autres personnes.
– Utiliser des moyens mnémotechniques (Association d’idée, d’odeurs, de chiffres ou de mots en fonction de vos expériences personnelles…).

-Dormir correctement et suffisamment ! (à lire une expérience sur l’importance du sommeil pour la mémorisation)

Sommeil-memorisationSchéma de synthèse de l’expérience sur l’importance du sommeil pour mémoriser.

A lire aussi :

L’étudiant : 5 conseils pour mieux retenir

Apprendre à éduquer : Quelques méthodes pour réviser, mémoriser, apprendre efficacement

L’étudiant : Carte mentale

Retour au sommaire.

AP4.2– Argumenter – Étudier un document

Pour  réussir une étude de document ou une argumentation je dois :

1. Nommer très clairement le document utilisé ou étudié.
2. Écrire ce que je vois ou ce que je lis dans ce document : J’OBSERVE QUE…
3. M’aider de mes connaissances pour expliquer ce que j’ai observé : JE SAIS QUE…
4. Raisonner à partir de mon observation et de mes connaissances : J’EN DEDUIS QUE…
5. S’il y a plusieurs documents à étudier, on termine par une conclusion globale  
qui résume l’ensemble des interprétations : J’EN CONCLUS QUE…Bronches

Exemple : Question : A l’aide du document, expliquez pourquoi un asthmatique aura  des difficultés respiratoires.
Réponse :
Dans le document 1,  j’observe que la bronche durant la crise d’asthme est bouchée par du mucus et que les muscles de la paroi sont contractés. Je sais que les bronches permettent à l’air de circuler à l’intérieur des poumons.  J’en déduis que l’air circulera moins bien dans les bronches de l’asthmatique qui aura donc des difficultés respiratoires.

Retour au sommaire.

AP4.3 – Faire un schéma fonctionnel

Télécharger au format pdf :SCHEMA FONCTIONNEL

Un schéma fonctionnel représente très simplement ce qui se passe entre plusieurs éléments. On utilise en général des formes géométriques très faciles à dessiner, des flèches et des couleurs.

Réalisation : Il est conseillé de faire au préalable un brouillon rapide.

1. Faire la liste des éléments à schématiser.

2. Choisir un symbole pour chacun de ces éléments :
forme géométrique avec le nom dedans ou forme simplifiée de l’élément…

3. Choisir les symboles qui  relieront les éléments entre eux :
flèches de différentes couleurs, de différentes épaisseurs…

4. Disposer les différents éléments sur une feuille en tenant compte de ce qui se passe dans la réalité.

5. Ajouter une légende précisant la signification des symboles choisis :
soit sur le schéma (ne pas le surcharger) soit à côté ou en dessous du schéma.

6. Donner un titre qui explique bien ce qui se passe sur le schéma commençant par « Schéma fonctionnel … » (le titre sera placé en dessous du schéma et sera souligné).

grille-schema-fonctex-schema-fonctionnel

Retour au sommaire.

AP4.4– Travailler en groupe (3 séances)

Partager des taches lors d’un travail en groupe

Pas toujours facile de travailler en équipe quand on est plutôt habitué à travailler en solo. Soit on a l’impression de faire tout tout seul, ou au contraire, de ne pas pouvoir traiter le sujet comme on le voudrait. Voici quelques clefs :

CM-Travailler en groupe

1. Des participants disponibles = on ne fait pas autre chose en même temps !

2. Une répartition des tâches équilibrée en fonction des compétences de chacun.

3. Le travail de chacun est valorisé = entre-aidez-vous, encouragez- vous…

4. Mettre un peu de pression aux autres si nécessaire…

5. Travailler dans un environnement calme, sans distraction.

6. Un problème ? Parlez des choses qui fâchent, sans accumuler de rancoeur.

7. Faites des compromis = malgré les difficultés, c’est une expérience formatrice !

 

Les critères d’évaluation :

Mon attitude :

Je suis agité et perturbateur

Je suis passif

Je suis travailleur mais facilement distrait

Je suis attentif

I

F

S

TB

Mon autonomie :

– Je fais toujours appel au professeur

– Je fais appel au professeur sans raison valable

– Je sais travailler avec d’autres aides que le professeur

– Je sais travailler en autonomie (sans aide)

I

F

S

TB

Organiser mon travail :

– Je n’utilise pas les documents ou le matériel

– J’utilise des documents ou du matériel mais sans rapport avec les consignes / le sujet

– J’utilise en partie le matériel ou les documents

– J’utilise correctement le matériel ou les documents

I

F

S

TB

Je respecte les consignes :

– Je n’applique pas les consignes

– Je fais des erreurs dans l’application des consignes

– Je comprends après plusieurs explications

– J’applique correctement et seul les consignes de travail

I

F

S

TB

Je communique avec mon groupe :

– Je ne participe pas à la recherche

– Je travaille seul sans communiquer avec le groupe

– J’interviens de temps en temps

– Je suis un élément dynamique dans le groupe

I

F

S

TB

 

Les activités en groupe :
  • LE BUT : Travailler et s’organiser le plus rapidement et le plus efficacement possible pour avoir un maximum de points. Plus le travail fourni est de qualité, plus on comptabilise de points.
  • Choisir un groupe : par affinité, librement, à 3,4 ou 5…, ou imposé par le professeur qui conserve le droit de réguler par la suite la composition de ces groupes.
  • Chaque élève du groupe est noté sur 10 point pour le travail en équipe : I = 0 F = 0,5 S = 1 TB = 2
  • Et tous les élèves du groupe auront une note sur 5 ou 10 (selon l’exercice) pour la production écrite ou orale rendue
  • Avant tout échange dans le groupe, chaque élève assis à la table effectue individuellement le travail demandé.
  • Puis ensuite passez à la répartition des tâches. Attention au brouillon qui vous fait perdre du temps !!! Notez des idées pas des phrases…et passez le plus vite possible au propre.
  • Un groupe qui ne participe pas ou qui perturbe les autres groupes, peut être sanctionné.

Retour au sommaire.

 

AP4.5– Construction et Analyse graphique

Un graphique permet d’étudier une grandeur qui varie en fonction d’une autre. C’est une courbe, un tracé montrant des variations. (Ex : On mesure la quantité de dioxygène dans une boite contenant une souris.)

Etape 1 : Construction du graphique

1.Tracer deux axes perpendiculaires avec une flèche à chaque bout :

un axe vertical (à gauche) = ordonnée (on y place la Grandeur mesurée)

et un horizontal (en bas) = abscisse

2.Mettre les légendes au bout des axes, avec les unités

Remarque : pour savoir dans quel sens mettre les légende lire la consigne c’est dans le même sens. Ex : Construire le graphique du nombre d’élève (1) en fonction des années (2) ; alors mettre la légende 1 en haut à gauche et la 2 en bas à droite.

3.Choisir une échelle pour chaque axe (Ex : 1 carreau = 100 élèves et 1 carreau = 10 ans)

4.Graduer les axes.

Je choisis la graduation en tenant compte des maximales (chiffre le plus grand dans le tableau) et je conserve l’intervalle.

5.A l’aide des données du tableau, mettre les points en forme de plus (+) car c’est l’intersection de 2 lignes perpendiculaires aux axes.

6.Tracer la courbe à la main ou à la règle. Attention : en commençant au 1er point et en terminant au dernier point. La courbe ne commence pas toujours à zéro ; mais au 1er chiffre inscrit dans le tableau

7.Mettre un titre souligné en haut ou en bas (Graphique de…)

Remarque : il est écrit dans la consigne.

Exemple :

graphique-5e

ETAPE 2 : ANALYSE DU GRAPHIQUE

Il s’agit de décrire la variation de la grandeur étudiée :
J’observe que <écrire la légende de l’axe vertical> augmente / diminue / stagne ou reste constante en fonction de <écrire la légende de l’axe horizontal>.

Ex : J’observe que la matière récoltée augmente en fonction de l’intensité lumineuse.

ATTENTION !
On ne dit pas : «la courbe monte/descend», « la courbe augmente/diminue», «la courbe stagne/évolue/varie».

Retour au sommaire.

AP4.6– Modéliser une situation

Retour au sommaire.

AP4.7– Pratiquer une démarche expérimentale ou d’investigation

Télécharger au format pdf : DEMARCHE EXPERIMENTALE

 Demarche-experimentale1Demarche-experimentale2

Exercice – La démarche d’expérimentale (ou d’investigation)

Les étapes de la démarche d’investigation sont disposées dans le désordre.

Replacer les étapes dans l’ordre.

exercice

exercice-grilleRetour au sommaire.

AP4.8– Effectuer des calculs : vitesse, grossissement

Retour au sommaire.

AP4.9-Produire une maquette

Retour au sommaire.

AP4.10– Réaliser une carte mentale

Objectif : moyen de communication pour : s’organiser, mémoriser, présenter et échanger des idées.

Une carte mentale offre une vue d’ensemble sur une idée principale pour faciliter la mémorisation de notions clefs.
Construction de la carte mentale :

  1. Prendre une feuille blanche format A4 et la tenir en mode ‘Paysage’ .
  2. Inscrire l’idée principale au centre et l’entourer.
  3. Dessiner des courbes appelées branches / ou noeuds, chacune avec sa propre couleur, ayant pour point de départ l’idée principale.
  4. Inscrire sur chacune de ces branches les propos en lien avec l’idée principale.
  5. Ramifier les branches / noeuds (=ajouter de nouvelles branches au bout des branches).
  6. Les courbes des branches seront plus épaisse vers le centre puis de plus en plus fine. On peut aussi numéroter les branches / nœuds. Attention les cartes mentales se lisent dans le sens horaire (= sens des aiguilles d’une montre).
  7. Utiliser un ou deux mots par branche / nœuds.
  8.   Ne pas hésiter à ajouter des illustrations.

Voici ci-contre un exemple de carte mentale élaborée à partir d’une recette de cuisine :
ex-carte_mentale-recette_cuisine
Les critères de réussite :

FORME

-J’ai mis l’idée principale au centre et je l’ai entourée.

-J’ai mis des branches autour, avec une couleur pour chaque branche.

-J’ai mis un ou deux mots par branche.

-Mes branches sont plus épaisse au centre et de plus en plus fine vers la périphérie.

-J’ai mis des illustrations.

+ + / – –

+ + / – –

+ + / – –

+ + / – –

+ + / – –

FOND

-J’ai écris des mots en lien avec l’idée principale.

+ + / – –

Retour au sommaire.

AP4.11– Construire un tableau

Un tableau regroupe des informations de même nature (date, taille, résultats d’expérience, données …) dans des cases. Il donne ses informations présentées sous forme de LIGNES et de COLONNES séparées par des traits tracés à la règle.

Pour construire un tableau, je dois :
1.Chercher le nombre d’informations à placer dans les colonnes (traits verticaux). Et ajouter une colonne supplémentaire pour les légendes. Il faut bien espacer les traits pour faire des colonnes de même largeur et sur toute la largeur de la page.
Nombre de traits verticaux= nombre de colonne +1

2.Chercher le nombre d’informations à placer dans les lignes (traits horizontaux). Et ajouter une ligne supplémentaire pour les légende. Attention il faut prévoir assez de place pour écrire dedans.
Nombre de traits horizontaux= nombre de ligne+1

3.Sur la 1ère ligne doivent figurer les légendes des colonnes, avec les unités entre parenthèses.
4.Sur la 1ère colonne doivent figurer les légendes des lignes, avec les unités entre parenthèses.

5.Les données chiffrées sont mises dans les cases situées à l’intersection de la ligne et de la colonne qui leur correspond.

6.Ajouter un titre souligné en haut ou en bas du tableau (Tableau montrant…)

Exemple :
Rudy a 13ans et mesure 1 m 36. Son ami Kevin mesure 1m 25 et a 12 ans.

Elève Taille (m) Age (ans)
Rudy 1,36 13
Kevin 1,25 12

 Tableau montrant la taille et l’âge des garçons.

Exercice :
Dans le sang entrant dans un muscle au repos il y a 90 mg de Glucose et 20 ml de dioxygène.
Dans le sang sortant du muscle au repos, il y a 80 mg de glucose et 15 ml de dioxygène.
Durant l’effort, le sang entrant dans le muscle apporte les mêmes quantités de glucose et de dioxygène ; et le sang sortant contient 50 mg de glucose et 11 ml de dioxygène.

1.Surligner toutes les données sur le sang entrant d’une couleur, celles sur le sang sortant au repos d’une autre couleur et celles sur le sang sortant à l’effort d’une 3e couleur. Combien de colonne devez-vous faire ? ………. Combien de traits verticaux devez-vous tracer ? ……

2.Entourer toutes les données sur le glucose d’une couleur et toutes celles sur l’O2 d’une autre couleur. Combien de ligne devez-vous faire ? ………. Combien de traits horizontaux devez-vous tracer ? ……

Retour au sommaire.

AP4.12– Faire un dessin d’observation (révision)

ATTENTION :
Je n’utilise que le crayon à papier pour l’ensemble du dessin d’observation sans coloriage.

Critères de réussite :   J’ai réussi à réaliser un dessin d’observation si …..

DO-grilleDO

Calcul grossissement du microscope ou de la loupe binoculaire =         Grossissement oculaire X Grossissement objectif

Retour au sommaire.

AP4.13– Avoir une démarche de projet (oral)

Retour au sommaire.

AP4.14– Faire une fiche de révision

Retour au sommaire.

 

 Les Acquis du cycle 3 (CM – 6e)

 

Utiliser une loupe binoculaire

Télécharger au format pdf : LOUPE BINOCULAIRE

La loupe binoculaire du collège est un instrument d’optique qui permet des grossissements de 20 à 40 fois.

loupe-sans-legende

Correction :

1. le socle

2.la platine

3. les pinces

4. le bouton de mise en marche/arrêt

5. le bouton de choix du mode d’éclairage

6. la vis réglant l’intensité de la lumière

7. les objectifs (x2 ou x4)

8. la vis de mise au point (netteté)

9. l’oculaire fixe

10. l’oculaire réglable

avec possibilité d’écarter ou de resserrer les deux oculaires.

 

Critères de réussite :   J’ai réussi à réaliser une observation à la loupe binoculaire si …

grille-loupe

Calcul du grossissement  :

Nombre lisible sur l’oculaire x Nombre lisible sur l’objectif.
Ex :  10 x 4 = 40 → L’objet est grossi 40 fois.

Retour au sommaire.

Faire une préparation microscopique

Télécharger au format pdf : PREPARATION MICROSCOPIQUE

Une préparation microscopique est constituée d’une lame de verre, sur laquelle est placé un objet de petite taille et de faible épaisseur (la lumière doit le traverser). Cet objet est recouvert d’une lamelle de verre.
L’ensemble, est observable au microscope.
grille-prepa-micro

Comment améliorer sa préparation ?
S’il n’y a pas assez de liquide de préparation : déposer une goutte du liquide à proximité de la lame.

S’il y a trop de liquide de préparation : déposer une feuille de papier contre la lamelle et la retirer rapidement.

 

Retour au sommaire.

Utiliser un microscope

Télécharger au format pdf : MICROSCOPE

Le microscope  est un instrument d’optique qui permet des grossissements de 40 à 600 fois, mais on ne peut observer que des objets très minces pouvant être traversés par la lumière.

microscope-sans-legende

1. Brancher le microscope et l’allumer.

2.Mettre en place l’objectif rouge, puis poser la lame en faisant attention que l’échantillon soit dans la lumière.

3.Fermer le diaphragme, monter le plateau le plus haut possible sans forcer.

4.Regarder dans l’oculaire, descendre tout doucement (grande vis) jusqu’à voir l’échantillon.

5.Mettre au point avec la petite vis.

6.Déplacer la lame tout doucement pour centrer sur une partie intéressante à observer.

 

7.Passer à l’objectif jaune, ouvrir le diaphragme pour avoir plus de lumière.

8.Si besoin, remettre au point, recentrer la lame.

 

9.Passer à l’objectif bleu, ouvrir le diaphragme pour avoir plus de lumière.

10.Si besoin, remettre au point, recentrer la lame.

 

grille-microscope

Quelques conseils en cas de panne…
Vous ne voyez rien… Vérifiez l’éclairage, l’emplacement de votre lame et recommencez le réglage.
Ce que vous voyez n’est pas satisfaisant : déplacez (faire glisser) votre lame sans la soulever tout en regardant dans l’oculaire.

Calcul du grossissement du microscope :
Nombre lisible sur l’oculaire x Nombre lisible sur l’objectif.
Ex : à l’objectif rouge 10 x 4 = 40 → L’objet est grossi 40 fois.

 Retour au sommaire.

Le matériel à connaître en SVT :

 

Aide_TP_2Aide_TP_3

Retour au sommaire.

 

Rédiger correctement une réponse :

Télécharger au format pdf : REDIGER UNE REPONSE

 

Faire une comparaison :

Pour faire une comparaison, la phrase que l’on rédige doit contenir les termes:
«  plus… que… », « moins… que … » ou « autant/ aussi … que… » .
Bronches
Exemple : Question : Comparez  la bronche saine et celle de la personne  asthmatique.
Réponse :
La personne saine a les muscles de la paroi des bronches  moins contractés que la personne asthmatique.
Il y a plus de mucus dans la bronche de l’individu asthmatique que dans celle qui est saine.

Retour au sommaire.

Faire une justification :

Pour justifier une réponse, elle doit être suivie de «  car je sais que … » ou «  car je vois que… ».
Bronches
Exemple : Question : L’air peut-il circuler correctement dans les bronches d’une personne asthmatique? Justifiez.
Réponse :
L’air aura du mal à circuler dans les bronches d’une personne asthmatique car je vois qu’elles sont bouchées
à cause de la contraction des muscles de leurs parois et par du mucus.

 Retour au sommaire.

Formuler une hypothèse :

Une hypothèse est : une solution possible au problème posé. C’est une supposition (elle peut donc être juste ou fausse)

Comment formuler mon hypothèse :
1. Rédiger une phrase à la forme affirmative.
2. Formuler l’aspect provisoire de cette phrase en utilisant « il se pourrait que « , « peut-être que » « je pense que« , « je suppose que« …

Exemple : « Il se pourrait qu’il pleuve demain. » On voit bien que cette phrase peut être juste ou fausse c’est une supposition.

« Peut-être que les lézards n’aiment pas le froid. » Cette hypothèse n’est pas validée, car l’expérience montre plus de lézards sur un mur ensoleillé, que sur un mur à l’ombre. Il font ceci pour réchauffer leur corps.

« Je suppose que les cloportes aiment l’obscurité. » D’après notre sortie, nous avons observé des cloportes sous les pierres, l’éclairement était quasi nul. Notre hypothèse est donc validée.

Retour au sommaire.

 

Faire un schéma d’un protocole expérimental :

Il ne faut représenter que les étapes importantes de la manipulation, les autres peuvent être résumées par écrit.
Ce qui est représenté doit être correctement légendé : verrerie, produits chimiques, volumes en mL, masses en mg etc.

exemple

Retour au sommaire.

 

Laisser un commentaire

Champs Requis *.