L’allaitement est un bienfait pour le coeur de la maman

L’allaitement a de nombreuses vertus pour le bébé, mais il est aussi très bon pour la maman. Une étude de chercheurs conclut que l’allaitement permet de réduire les risques d’avoir une pression artérielle élevée plus tard dans la vie, même des décennies après la naissance du petit. On a comparé les femmes qui allaitaient à celles qui n’avaient jamais enfanté ainsi que celles qui avaient eu un enfant, mais pas allaité. L’avantage a été constaté et d’autant plus fort que la durée de l’allaitement était longue. Cet effet diminue après 64 ans toutefois.

Cette étude renforce l’importance de tenter lorsque c’est possible d’allaiter l’enfant ; cela bénéficie aussi à la mère, et ce d’autant plus que la durée de l’allaitement est longue. On ne connaît pas pour l’instant la raison biologique qui relie l’allaitement à la tension artérielle.

Source : http://www.sur-la-toile.com/article-18394-L-allaitement-est-un-bienfait-pour-le-coeur-de-la-maman-.html

N’abusez pas du café pour préserver votre santé

Si vous êtes « addict » au café et dépassez très régulièrement 5 tasses par jour, il faut savoir que cela peut conduire à la prise de poids et même au diabète. Le café pris avec modération fait l’inverse d’après des études antérieures : cela aide à maintenir ou réduire son poids et diminuer le risque de diabète de type 2. Des chercheurs ont découvert que la surconsommation d’une classe de polyphénols, que l’on retrouve dans le café et nommée « acide chlorogénique », pourrait empêcher la perte de graisses et conduire à la résistance à l’insuline.

On a testé cela sur des souris en donnant plus ou moins de ce composé, jusqu’à l’équivalent de 5 à 6 tasses de café pour les humains. On a remarqué la rétention de graisses dans les cellules. On retrouve ce composé, bénéfique pour la santé à dose normale, dans le thé également ainsi que dans certains fruits comme les prunes.

Source : http://www.sur-la-toile.com/article-18387-N-abusez-pas-du-cafe-pour-preserver-votre-sante.html

Pourquoi les coléoptères ne gèlent pas en hiver ?

Pourquoi certains organismes, y compris les insectes et les poissons ne gèlent pas en hiver ? Des recherches sur la protéine antigel des insectes (AFP pour “Antifreeze proteins”) ont permis de mieux comprendre ce phénomène.

Beaucoup d’insectes, de plantes et d’autres organismes doivent leur survie à l’AFP. L’AFP est très active chez le longicorne, on suppose qu’à travers l’évolution, les AFP sont devenues de plus en plus efficaces.

Les insectes et l’antigel qu’ils produisent pourraient avoir évolué pour supporter des températures qui peuvent descendre en dessous de -40 °C. Les insectes produisent l’AFP pour arrêter la croissance de la glace qui pourrait se former dans leurs fluides internes, ce qui abaisse la température de congélation de l’insecte et empêche le gel de causer des dommages aux tissus.

L’AFP se lie aux cristaux de glace qui se forment alors que le temps se refroidit. En se liant à la glace, les AFP l’empêchent de se propager et de geler l’organisme. De nombreux organismes qui vivent dans le froid ont un certain niveau d’AFP y compris les insectes, les poissons, les plantes, les bactéries, les algues et les champignons.

En ce qui concerne les applications pratiques, un fabricant de crème glacée a commencé à ajouter l’AFP à sa gamme de glace, à faible teneur en matière grasse, pour éviter que de gros cristaux ne se forment dans celle-ci. On pourrait également utiliser l’AFP pendant le transport et le stockage d’autres aliments congelés.

Source : http://www.gurumed.org/2013/05/15/pourquoi-les-coloptres-ne-glent-pas-en-hiver/