La formation de la Voie Lactée

Voici une vidéo montrant une simulation de la formation de la voie Lactée (notre galaxie)

700000 heures ! C’est le temps machine qu’il aura fallu pour calculer cette animation spectaculaire, monopolisant la puissance de calcul de plusieurs milliers d’ordinateurs fonctionnant en parallèle, elle montre comme jamais auparavant, la formation de la voie lactée, notre galaxie. La séquence débute au moment de la création de l’univers, il y a 13.8 milliards d’années, et se poursuit jusqu’à aujourd’hui. La simulation montre notamment les conséquences de l’explosion d’étoiles massives (Supernovas), et prend en compte le souffle provoqué : il est si violent (plusieurs milliers de kilomètres par seconde), qu’il peut littéralement pulvériser non seulement les étoiles alentour, mais aussi les galaxies naines qui se forment à l’intérieur ou aux abords de la galaxie principale.

Sciences et Vie Junior

La vallée de la mort : Le mystère des pierres qui bougent.

Dans la vallée de la Mort (Californie-USA), des rochers se déplacent sur le sol sans raison apparente, semblant défier les lois de la pesanteur. Le mystère intrigue depuis les années 1940. En équipant les pierres de GPS, des scientifiques ont mesuré ces étranges promenades et trouvé une explication : du windsurf sur des carreaux de glace.

Les pierres voyagent sur un surf de glace

Sur le sol argileux d’un lac asséché, des pierres, plus ou moins grosses, les plus lourdes atteignant 300 kg sont comme posées à l’extrémité de sillages qu’elles semblent avoir tracés elles-mêmes. Des rochers qui se déplacent sans l’aide de personne et qui laissent sur l’argile la trace de leurs mouvements : voilà de quoi intriguer et même conduire aux scénarios les plus oniriques. Extraterrestres farceurs ? Puissances paranormales ? Armes secrètes testées par les militaires ?

L’hypothèse est celle de vents puissants survenant en hiver et pouvant dépasser 140 km/h. Sur ce sol très lisse, une mince couverture d’eau, voire de glace, peut réduire à ce point les frottements que le vent suffit à faire glisser les roches. Effectivement, dans cette zone désertique, les faibles précipitations (quelques centimètres par an) se concentrent lors de courtes périodes de crues. Le désert se recouvre alors d’eau, laquelle peut geler la nuit.

Une pierre photographiée sur le sol gelé, avec le sillage qu’elle a laissé derrière elle. Ce caillou porte un GPS, installé dans une cavité dont on devine le couvercle circulaire. Son mouvement mystérieux a donc pu être enregistré. © Richard D. Norriset al., Plos One

Les déplacements se font par à-coups, en fin de matinée, durant des phases d’environ une dizaine de minutes au maximum. Les pierres bougent alors à raison de 2 à 3 m par minute puis s’arrêtent. Durant les deux mois de l’expérience, les blocs ont parcouru, pour la plupart, une soixantaine de mètres, mais le plus véloce a établi le record à 224 m.

Les sillages laissés par les pierres photographiées par un appareil automatique. L’image du bas montre les trajectoires, mettant en évidence les déplacements parallèles de certaines d’entre elles. © Richard D. Norris et al., Plos One

Les déplacements les plus importants n’ont pas été observés pendant les épisodes de vents violents, mais sous des brises de 4 à 5 m/s (environ 15 km/h). Il fallait également qu’une couche de glace soit présente, mais d’une épaisseur précise, comprise entre 3 et 6 mm. Dans ces conditions, le soleil du matin craquelle la glace et commence à la faire fondre, formant des plaques plus ou moins grandes, pouvant atteindre une dizaine de mètres dans leur plus grande dimension. Sous l’action du vent, elles peuvent alors glisser sur la fine couche d’eau fondue.

Source : Futura-Sciences