La première image de la double hélice d’un brin d’ADN.

Bien qu’ils n’en ai jamais vu de leurs propres yeux, les scientifiques savent que la structure de l’ADN est composée d’une spirale en tire-bouchon. Cette semaine, pour la première fois, des scientifiques ont saisi l’image réelle de l’ADN à l’aide d’un microscope électronique (image d’entête).

L’image a été prise en Italie. Il a tiré un petit brin d’ADN à partir d’une solution diluée, puis la raccordée comme une corde à linge entre deux piliers de silicium nanoscopique (image ci-contre).

Source : http://www.gurumed.org/2012/11/30/la-premire-image-de-la-double-hlice-dun-brin-dadn/

Expériences de chimie à faire chez soi

Cliquer sur les titres pour aller sur les pages internet correspondantes :

Petites expériences avec la levure de boulanger

La levure de boulanger est un produit vivant, il s’agit d’un champignon unicellulaire qui produit une réaction chimique de fermentation. La levure chimique, elle, ne contient pas d’organisme vivant. Voyons ici l’action de ces levures, au cours d’expériences faciles à réaliser.

Le principe de la levure chimique

La levure chimique est utilisée en cuisine pour faire gonfler les pâtisseries et le pain. La réaction chimique se fait au contact de liquide. En quoi cette levure est-elle différente de la levure de boulanger ?

De la chimie dans la recette des cookies

Faire des cookies, c’est réaliser une série de réactions chimiques. La recette, ou le protocole opératoire, est pourtant simple.

Le jus de chou rouge, indicateur coloré

De nombreuses substances naturelles possèdent la propriété de changer de couleur en fonction de l’acidité du milieu. Ainsi le thé s’éclaircit en présence de citron (acide citrique) ou encore certaines fleurs, comme les hortensias, changent de couleur et passent du rose au bleu en fonction de l’acidité du sol. Forts de ces observations, les chimistes ont mis au point, il y a de nombreuses années, des substances capables de changer de couleur selon que le milieu est acide, basique ou neutre. On les appelle des indicateurs colorés.

Des plantes carnivores catapultent leur proie dans leurs poils collants. (Vidéo)

Une plante carnivore de l’est de l’Australie utilise ses “tentacules” pour catapulter les proies dans ses pièges collants, révèle une nouvelle étude.

Un type rare de rossolis (petite plante carnivore), la Drosera glanduligera, a longtemps intrigué les scientifiques, car elle dispose de deux types de feuilles minces qui rayonnent vers l’extérieur.

Le premier type, des poils / tentacules enduits d’une glue à insecte, qui est commun aux plantes carnivores. Mais le second type, les tentacules à pression, sans colle, effectuent des mouvements saccadés qui restaient inexpliqués jusqu’à maintenant.

De nouvelles expériences en laboratoire montrent que les tentacules à pression de la D. glanduligera  peuvent détecter le déplacement des proies, des mouches la plupart du temps, qui sont directement catapultées sur les tentacules collants au centre de la plante, où la proie est digérée.

Qui plus est, le système de catapulte est très efficace, l’insecte ne peut presque jamais s’en échapper.

Dans l’ensemble, la découverte montre comment les plantes peuvent évoluer en fonction de leurs besoins.

Par exemple, la D. glanduligera nécessite probablement ce mode de catapultage en raison de sa faim constante. Comme c’est une plante à croissance rapide, qui vit moins d’un an, il lui faut beaucoup de nutriments et donc un grand nombre d’insectes.

Source : http://www.gurumed.org/2012/09/30/des-plantes-carnivores-catapultent-leur-proie-dans-leurs-poils-collants-vido/