En vidéo : une baleine bleue fait des pirouettes pour manger !

****Malgré leur corps massif, les baleines bleues montrent une grande agilité. Pour preuve, elles n’hésitent pas à réaliser des pirouettes à 360° pour prendre leurs proies au dépourvu ! Jugez plutôt…

Reine des océans, la baleine bleue, Balaenoptera musculus, impressionne avec ses 30 m de long et ses 170 t. Elle peut ainsi se targuer d’être le plus grand animal vivant sur Terre. Posséder un corps aussi massif n’est pas de tout repos car il faut constamment lui fournir suffisamment d’énergie. Ainsi, ce mammifère marin ingurgite chaque jour jusqu’à 3.600 kg de krill (de petites crevettes), tout en n’oubliant pas de déguster quelques poissons et calmars à l’occasion. La prise de nourriture se fait par filtration grâce à la présence de 300 fanons d’un mètre de long dans la gueule de l’animal.

Cette baleine bleue effectue un demi-tour sur elle-même (ventre vers la surface donc) avant d’ouvrir sa gueule, de capturer du krill puis de se remettre dans sa position initiale (cette dernière étape n’est pas présentée dans la vidéo). La rotation est complète (360°), ce qui démontre la grande agilité de ce cétacé de plusieurs dizaines de tonnes. © National Geographic

Prendre le krill par surprise

La manœuvre dure au total une trentaine de secondes. Elle débute par une rotation du corps de 180° qui est exécutée à la vitesse moyenne de 12° par seconde. Simultanément, la baleine commence à ouvrir sa gueule de manière à se trouver dans une position idéale pour capturer un essaim de krill une fois le mouvement terminé. Elle nage alors sur le dos tandis que le piège se referme sur les crustacés pris par surprise. Une seconde rotation de 180° peut alors débuter, l’animal revenant en position ventrale. Il s’agirait en quelque sorte d’une stratégie d’embuscade.

 

D’autres cétacés, comme la baleine à bosse ou le rorqual commun, peuvent exécuter des rotations pour se nourrir. Cependant, elles excèdent rarement un angle de 90 à 150°. Pour ces espèces, cette stratégie permettrait, d’après d’autres travaux scientifiques, d’anticiper la fuite du krill, donc d’en capturer un maximum !

Source : http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/zoologie/d/en-video-une-baleine-bleue-fait-des-pirouettes-pour-manger_43090/#xtor=RSS-8

Vidéo : La plus spectaculaire rupture d’iceberg filmée à ce jour au Groenland

James Balog, un ancien photographe du National Geographic aujourd’hui réalisateur, présent au Groenland pour effectuer le tournage du film « Chasing Ice » traitant des effets du réchauffement climatique, fut témoin de la plus grande rupture d’iceberg et put immortaliser ce moment. Le changement de climat à la hausse entraîne le détachement d’énormes morceaux de glace et engendre le recul de cette banquise. Cette fois, l’ampleur du phénomène de la scission des glaces surpasse de beaucoup tous les autres jamais filmés au Groenland.

Vingt-cinq caméras furent installées dans cet environnement afin de parvenir à prendre sur le vif les scènes de rupture d’un iceberg de 7,4 km cubes qui figureront dans ce film documentaire en preuve des conséquences du changement de climat. Au début on décèle un mouvement dans la glace, puis des parois s’effritent et tombent. Il s’ensuit la séparation finale alors que d’immenses blocs chutent dans l’océan. L’évènement s’étala sur 75 minutes.

Une récente étude fait état de la fonte des glaces qui eut lieu durant les vingt dernières années dans l’Antarctique ainsi qu’au Groenland. Elle équivaudrait à 4 000 milliards de tonnes de glace. On rapporte en moyenne une élévation de 11 millimètres du niveau des océans.

Source : http://www.sur-la-toile.com/article-17287-La-plus-spectaculaire-rupture-d-iceberg-filmee-a-ce-jour-au-Groenland.html

La première image de la double hélice d’un brin d’ADN.

Bien qu’ils n’en ai jamais vu de leurs propres yeux, les scientifiques savent que la structure de l’ADN est composée d’une spirale en tire-bouchon. Cette semaine, pour la première fois, des scientifiques ont saisi l’image réelle de l’ADN à l’aide d’un microscope électronique (image d’entête).

L’image a été prise en Italie. Il a tiré un petit brin d’ADN à partir d’une solution diluée, puis la raccordée comme une corde à linge entre deux piliers de silicium nanoscopique (image ci-contre).

Source : http://www.gurumed.org/2012/11/30/la-premire-image-de-la-double-hlice-dun-brin-dadn/